Terres Fluviales

L’agriculture bio pour sauver nos rivières

« Se faire sa propre opinion, n’est déjà plus un comportement d’esclave »  – J.J. Rousseau

L’Agriculture Biologique s’est développée dès les années 1920 en Autriche, en Allemagne, en Suisse, en Angleterre ? L’idée de respecter les équilibres naturels et la biodiversité émergeait déjà afin de réagir à l’agriculture intensive et proposer des produits sains, bons pour la santé.

Nous entendons parfois certains essayer de justifier l’utilisation des pesticides, fongicides en prétendant avoir pour mission de nourrir la planète.

On ne nourrit pas la planète avec du Colza, de la Betterave à sucre.

Comment peut -on penser un seul instant que, pour nourrir la planète, il faille accepter de détruire autant de vies, en pulvérisant sur les vignes, des armes de destruction chimiques inhalées par nos enfants aux abords des écoles ?

Aux 110 000 polluants chimiques recensés à ce jour, (pesticides, solvants, hydrocarbures.) s’ajoutent également des antibiotiques ! Ces derniers, comme de nombreux pesticides, ne sont pas retenus par les stations d’épuration.  Ils proviennent des effluents hospitaliers, eaux usées, mais également de nos champs ! La quasi-totalité des exploitations d’élevages animales (viande, lait..) font un usage intense d’antibiotiques. Plus l’élevage est intensif et éloigné d’un schéma naturel, plus l’antibiotique est utilisé.

Ces antibiotiques présents dans nos sols, milieux aquatiques finissent par avoir des effets incalculables sur le vivant, à commencer par nous rendre progressivement antibiorésistants.

Une prise de conscience qui pourrait faire changer les choses :

La demande croissante des consommateurs, (grandes surfaces à hauteur de 50% des ventes, magasins spécialisés pour 35%, vente directe du producteur au consommateur pour 11% et pour finir via les commerçants) pourrait commencer à améliorer de façon significative la santé de nos terres, notre santé, mais également les cours d’eaux !

La culture bio pourrait entrainer avec elle tout un cercle vertueux, tant au niveau de son impact sur notre qualité de vie que sur les retombées économiques, tout en préservant notre environnement, l’eau de nos rivières et de nos océans.

A ce jour, quasiment tous les agriculteurs ayant franchi le pas se disent très satisfait et gagnent mieux leur vie.

Quelques chiffres

  • Plus de 47000 opérateurs à la fin de l’année 2016 ,
  • un vivier de 118.000 emplois,
  • 1,5 millions d’hectares d’exploitation bio
  • Un marché de 7milliards d’euros
  • Et combien de vies préservées ..

 Le BIO, c’est quoi au juste ?

  • C’est cultiver avec des engrais naturels ou grâce aux techniques de recyclage et de compostage
  • C’est ZERO produit chimique, de synthèse ou OGM (donc plus de contamination des eaux de surface ou souterraines)
  • C’est respecter le bien être animal (les animaux vivent dans les pâtures ou bénéficient d’espaces paillés, lumineux et spacieux ; ils sont nourris au lait maternel ou via des produits issus de l’exploitation) – donc moins gourmands en antibiotiques
  • C’est favoriser la biodiversité en respectant les équilibres naturels

Bibliographie :

 

Carole Marais & F.D.

 

Please follow and like us:

One Reply to “L’agriculture bio pour sauver nos rivières”

  • tres bon article je partage completement cette manière de voir; très bonne analyse ,on nous empoisonne car produire toujours plus au détriment de notre santé de nos terre qui a force d être traitée deviennent du béton ne peu plus durer

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *